Lavardin

Lavardin

Un des plus beaux villages de France

Retour à l'accueil de Lavardin
Villages de France
Lavardin
Lavardin
 Lavardin en Français Lavardin en Anglais
Patrimoine
Lavardin
Lavardin

HISTOIRE DU CHATEAU

Dominant le village, le château de Lavardin accueille chaque année plusieurs centaines de visiteurs qui découvrent un site riche en histoire. Découvrons ensemble cette page du passé.

TROIS PALIERS SUPPORTENT LES RUINES DU CHATEAU.

 

PREMIER PALIER :

Trois enceintes protégeaient jadis le donjon :

- La première, il n'en reste rien sinon une muraille près du châtelet dont les parements plongent dans les douves.

- La deuxième, proche de la première, elle comprenait le châtelet avec ses deux tours, son pont-levis, sa porte en ogive, son assommoir, sa herse de fer et sa porte bardée de fer. (Ouvrage des XII et XIII siècle).

- La baille intérieure (que nous découvrons dos au châtelet) où devaient s'affairer les serviteurs. Il reste diverses dépendances dans le roc, notamment un puits carré (angle du mur), à côté deux salles avec dans l'une un "pilier "central et l'autre la trace d'un chenil.

 

Prenons, toujours par le souterrain la direction du deuxième palier, après avoir aisser une magnifique salle taillée en voûte dans le tuffeau et soutenue par des puissants arcs en ogive.

 

DEUXIEME PALIER :

Nous voici dans les "Tombelles", ruines aux croisées d'ogives du XVI siècle; est-ce la crypte de la chapelle ? En vous tournant vers le nord (pente) vous devinerez le tracé de la BAILLE EXTERIEURE dont les murailles disparues descendraient au loir et protégaient le prieuré SAINT MARTIN aujourd'hui manoir.

Quelques marches et voici, sur le haut du palier, la pointe de l'éperon.

 

- La tour du capitaine : là se tenait, vraisemblablement, le capitaine. Il dirigeait sur le plan militaire la forteresse. Deux niveaux avec des cheminées (XVIs), cage d'escalier à meurtrières, reste de pavage.... Accolé à la tour une salle de garde avec, gravé sur un banc de pierre, un carré magique (jeu). Un boulet de fer a été trouvé (siège de 1590).

Prenons le chemin qui traverse la cour menant à un escalier.

 

- La salle des gardes (?) : à l'entrée le blason de Jean VIII, linteau à feuillage. Cette salle souterraine, voutée au XII s, possède un pilier octogonal, deux soupiraux et des traces de curieux dessins sur le mur nord (arc). A l'entrée un escalier, sombre, communique avec le souterrain sous le deuxième palier.

 

- L'escalier d'Honneur : Trois travées de voûtes, arcs prismatiques, clefs de voute sculptées et une niche aux masques grimaçants qui recevait une lampe à trois becs ; la fumée s'échappait par les bouches, produisant un effet fantastique Les marches sont suivies d'un escalier à vis.

 

TROISIEME PALIER :

 

Nous montons au donjon par un escalier aménagé.

 

- La chemise du donjon : C'est une épaisse muraille (XIIs)  remaniée au XVs avec contrefortd (XIVs) .Certains murs ont glissé lors du démantèlement, restent vers le sud, un pan à embrasures ( XV s) et un autre vers l'est percé d'archères (XIIIs) .Splendide panorama: village, église, le loir, le pont, château de Montoire, Trôo au loin.

 

- Le donjon: Edification d'un logis-salle (domicilium) par HERVE DE BEAUGENCY (XIs).Deux tours d'angle, formant contrefort sont bâties par BOUCHARD IV à la fin du XIIs. La tour sud (dite à tort des oubliettes) renferme une pièce obscure. Des mâchicoulis (XVs) couronnent le donjon. La tour nord, massive est dite 'tour de guet". A l'est une porte basse (XIV s) avec blason (lys et lionceaux) armes de JEAN VII .

  • rez de chaussée : Salle basse, fenêtre (XIIs), arcs formerets, retombées d'ogives (XIVs), puits. C'était la salle des gardes du donjon.
  • premier étage: cheminée avec blason (trois fleurs de lys) accostée d'anges. salle trés décorée. Là le seigneur rendait justice et distribuait ses ordres diffusés par un conduit dans la muraille. Ici furent reçus CHARLES VII et AGNES SOREL "dame de Beauté". Le Roi y promulgua la "trêve de LAVARDIN".
  • deuxième étage : voûtes élégantes, culots sculptés ; ailes, anges, lions, ours, blasons.Sur ce mur ouest une cheminée simple, de belle allure. Etage réservé à la famille du seigneur.
  • troisième étage : celui des guetteurs ; deux cheminées visibles. Disparu le probable lanternon qui protégeait le débouché de l'escalier. Imaginez au-dessus le chemin de ronde où les hommes d'armes guettaient aux créneaux (parties échancrées ou s'abritaient derrière les merlons (parties pleines). Le donjon était-il couvert d'une toiture ?
  • escalier : remarquable ouvrage du XVs qui fut construit par JEAN VII dans l'épaisseur du mur nord. Escalier octogonal il en reste de gracieuse colonnettes à feuillage.  

Ainsi se termine la visite de la forteresse médièvale de LAVARDIN. Ils vous reste à imaginer seigneurs, gentes dames, soldats et troubadours évoluant ...

 

 

 

Loading fgvdfgx
Loading vue panoramique
Loading vue intérieure
Loading details
Loading salle interieure
Loading brume
Loading chateau passerelle
Loading porte chateau
Loading maquette
Loading drawing
Loading vue chateau
Loading P99
Loading vue généarle
Loading vue chateau
Loading Vue générale

Vue générale

Lavardin
Lavardin